THSF 9
THSF 9

Conférences
CONFERENCES

Emmanuel Ferrand (Sorbonne Université / La Générale)

► Les nouveaux OGM

A l'heure du changement climatique et de la crise de biodiversité, les biotechs promettent un ensemble de "solutions" pour nous nourrir, nous soigner, nous "améliorer", et palier les effets délétères d'un capitalisme extractif (acier, béton, charbon,...) qui aurait abîmé la planète.

Ces promesses imprégnées de culture numérique et/ou californienne ne sont pas sans exercer une certaine fascination sur le milieu hacker...

Passage en revue des possibilités réalistes (à court terme) de ces technologies, particulièrement en ce qui concerne "l'agriculture cellulaire" ou le concept de "dé-extinction" et mise en lumière certains efforts des institutions techno-scientifiques et de divers lobbys afin de "dépassionner" le débat, et de voir de quelle manière la culture Hacker peut parfois se retrouver instrumentalisée (pour rendre des technologies "acceptables"), dans un contexte où les citoyens doivent s'impliquer dans des choix scientifiques et techniques.

Collectif F2S (Formes sociales - Formes spatiales) (ENSA-LRA Toulouse)

► Hacker le processus de fabrication de la ville par l’implication des habitants-usagers

Retour sur 2 ateliers de l’école Nationale d‘Architecture de Toulouse « Cracker la ville » et « Médiations architecturales, urbaines et paysagères ».

David Esteban tentera de définir une éthique du partage et comment « le piratage » tente d’ouvrir à tout processus de création ou de conception.

Thomas Lequoy proposera de “hacker” les oeuvres des architectes pour libérer leurs droits d’auteurs.

Anaïs Leger-Smith questionnera la limite fine entre piratage et privatisation de la fabrique de la ville.

Marjorie Hervé proposera de hacker le cadre institutionnel pour faire remonter la parole des usagers et habitants.

Carl Hurtin explorera l’occupation de la ville, la participation par l’événement, la fabrication et les objets-tiers.

Et Clara Sandrini conclura par une présentation sur le “piratage” par l’empowerment.

Suzanne Vergnolle (Université Paris 2 Panthéon-Assas), Johan Richer (cofondateur Jailbreak, OGP Toolbox)

► Présentation du RDGP à travers l’expérience des clubs de lecture atypiques

Après avoir lu l’article de blog de @giaecco proposant à toute personne de commencer un « Book Club » sur le Règlement sur la protection des données personnelles (RDGP ou GDPR) Johan Richer et Suzanne Vergnolle ont décidé d’en lancer un à Paris.

L’idée était simple : décomplexer les personnes intéressées par la protection des données personnelles en leur proposant de lire le Règlement « à leur rythme, et d’en discuter en bonne compagnie, comme dans le cadre d’un club de lecture ».

Ils ont depuis fin novembre tenu environ un club par mois au cours desquels juristes, développeurs, responsables, magistrats, data scientists, avocats, hacktivistes, étaient réunis pour débattre et discuter sur les différentes interprétations de ce texte.

Article après article, dialogues, échanges, idées fusent pour tenter de comprendre, d'anticiper et de s'approprier ce texte qui sera le 25 mai 2018 notre nouveau droit.

Nous proposons de vous présenter les principales dispositions de ce long Règlement à travers l'histoire de ce club de lecture atypique.

Znk

► Intelligences artificielles générales, progrès technique et fin de l’économie

La machine capture aujourd'hui les craintes et le progrès technique devient une culture, l'inconnu de l'automatisation fait peur et devient un argument générique pour justifier des idéologies et des discours politiques sans distinctions critiques ou rationnelles.

La société de l'information fait-elle vraiment face à des problèmes inédits, ou est-ce que l'on fait du neuf avec du vieux ?

À l'heure de la fin annoncée du labeur et au début anticipé du chômage de masse, quel regard jeter sur le passé et notre avenir à court terme ?

Squeek (Toulibre, Tetaneutral) et Pouhiou (Framasoft)

► La monnaie libre quand on y connaît que pouic

La monnaie est-elle un outil de communication ?

En tout cas, elle permet d'échanger et de créer des liens entre humains.

Et si on libérait la parole en même temps que la monnaie ?

La monnaie libre est un sujet complexe : économie, mathématiques, programmation, chiffrement…

Et si on en parlait simplement ?

Faciliter le discours, c'est faciliter l'accès.

Spideralex (Cyberféministe / Calafou) , Benjamin Cadon (Labomedia)

► Présentation de la « Souveraineté technologique », volume 2

Cette publication revient sur les principes directeurs de la souveraineté technologique et propose un tour d’horizon théorique et pratique de quelques initiatives de développement de technologies libres pour mieux esquisser les limites et les défis qui se dressent aujourd’hui dans la lutte pour la souveraineté technologique.

Jean-Baptiste Bayle

► Voix de synthèse, la voix de nos maîtres

La conférence retrace l'historique des machines à parler, de la préhistoire à nos jours, ou nous devenons de plus en plus dépendants, et obéissants aux voix de synthèses, la voix de nos maîtres…

Dans les entrepôts Amazon ou Lidl , les travailleurs sont pilotés dans l'oreillette par des voix de synthèse.

On survole l'histoire de la cybernétique et de la science-fiction pour donner du contexte, on se prête au jeu de l'imitation: au départ un texte de science-fiction, qui préfigure des machines de plus en plus anthropo-morphiques et anthropo-data-phages, qui savent tout sur nous, l'alliance IA, surveillance et spectacle.

Alfonso Sánchez Uzábal (Collectif Montera)

► Ouvrir les données ouvertes. Les données en tant que bien commun

Il y a plus de dix ans qu'on entend parler d'open data et des portails web institutionnels dédiés à ouvrir les données publics ont proliféré.

On commence à voir des villes qui sous-traitent la gestion de ses données urbaines à des entreprises tel le quartier Quayside de Toronto d'ores et déjà géré par Google Sidewalk Labs qui est en négociation pour gérer 16 autres régions métropolitaines.

Dans le même temps, un mouvement de plus en plus actif et organisé réclame une vrai ouverture et un changement de modèle dans la gestion des données.

Comme ces communautés qui compilent des données de la qualité de l'air pour faire des analyses indépendantes de pollution ou des données qu'aucune administration n'a compilée sur l'impact de la crise immobilière en Espagne, ces développeurs qui programment une plate-forme pour libérer et partager des données des principaux sites web de location des appartements touristiques ou ces laboratoires citoyens pour partager des connaissances sur l'analyse et la visualisation des données.

Depuis Montera34 nous raconterons notre expérience dans le domaine : le développement de l'infrastructure Datahippo pour libérer des données, la série des dossiers sur l'impact de Airbnb dans les villes ou le projet Cadavres Immobiliers.

Antoine Méric

► À la découverte de l’univers fascinant des UUID

Les UUID, ces petits numéros qui ressemblent à ça « 898d7840-2e0e-11e8-b101-0020914d4452 », vous en avez tous vu un jour où l'autre sur un ordinateur, une étiquette, ou au détour d'un lien affreusement long vers un site Internet.

Parti explorer le monde merveilleux des UUID, ces nombres de 128bits, et Antoine a ramené plein de découvertes fascinantes.

Si vous aimez compter jusqu'à deux, passer le temps, ou reconnaître les départements sur les plaques d'immatriculation, vous n'allez pas vous ennuyer !

Au programme :

  • Les référentiels globaux d'unicité
  • Retour à la source ultime, d'avant la spécification officielle des UUID
  • Exploration et cartographie du monde des UUID
  • Découvertes fascinantes de secrets obscurs
  • Voyage à travers le temps, l'espace et les ondes et Autres joyeusetés.

David Gayou (Développeur dans la gestion de données / Regards citoyens)

► Table ronde animée par des journalistes sur le projet de loi « anti fakenews »
► Les horreurs de la gestion des dates ou pourquoi vous ne voulez jamais recoder votre propre librairie de dates

Faisons un tour d'horizon des comportements contre-intuitifs et des cas particuliers que l'on rencontre lors de la manipulation des dates.

On y abordera par exemple les cas connus tels que les années bissextiles qui ont 1 jour de plus que les autres lorsque l'année est divisible par 4, à l'exception des années divisibles par 100, à l'exception (encore une fois) des années divisibles par 400.

On y discutera entre autres:

  • des minutes qui ne font pas toujours 60 secondes,
  • des fuseaux horaires, des passages aux heures d'été (et pourquoi il faut stocker les horaires en UTC)
  • des pays qui ont changé de fuseau horaire pour passer de l'autre côté de la ligne de changement de date
  • des jours manquants dans le calendrier en 1582
  • de l'absence d'année 0 ce qui fout en l'air l'arithmétique dans les différences d'années
  • des standards horaires, dont certains sont par définition et pour toujours décalés d'exactement 19 secondes
  • du bug de l'année 2038

Si chacun a sa propre notion du temps, la science doit elle s'assurer de donner la bonne mesure à tout le monde, pourvu que cela soit en UTC et au format ISO-8601

Fabien "Treguan"

► Des portes logiques pneumatiques en bois

Paul Kocialkowski (Embedded Freedom)

► Reverse engineering du jeu d’instruction et des firmwares du coprocesseur de gestion d’énergie (PCM) des puces MT8173 de MediaTek

Montezuma (Linguisticae)

► Science fiction, technologie et linguistique, le langage des robots

Dans tous les films, il semble acquis que les robots ou autres intelligences artificielles parlent comme tout être humain, et ce sans jamais qu'il n'y ait d'obstacle à la compréhension.

Pourtant, on en est bien loin ! Et si on faisait un état des lieux des capacités linguistiques de nos interfaces numériques ?

Petites Singularités (Natacha Roussel et Hellekin)

► Recherche sur les pratiques collectives : l’expérience d☠ THSF et de Mix'art-Myrys